News

Au travail pour une CBDC européenne, la BCE implique également Amazon

EC
Elisa Campaci

3 min

Digital Euro : la BCE travaille avec Amazon pour réaliser une CBDC

L’euro digital est-il en route ? La BCE collabore avec cinq sociétés technologiques pour étudier une éventuelle CBDC

Dans un communiqué daté du 16 septembre 2022, la Banque centrale européenne a annoncé sa collaboration avec cinq entreprises technologiques pour tester et développer une éventuelle Central Bank Digital Currency. Les CBDC sont des monnaies numériques qui diffèrent des cryptomonnaies vu qu’elles sont émises par des banques centrales et ne sont donc pas décentralisées comme le Bitcoin. Pour la BCE, le principal avantage de l’euro numérique serait sa facilité et son accessibilité, puisqu’il suffirait d’une simple connexion Internet pour utiliser les services bancaires liés à cette CBDC. En 2021, l’Union européenne a encouragé une phase d’enquête pour le développement d’une CBDC, phase qui devait durer deux ans. À la mi-2023, la BCE rendra son verdict : l’euro numérique, oui ou non ?

Des entreprises sélectionnées pour développer des prototypes et des cas d’utilisation pour une CBDC

Avant de prendre une décision sur l’euro numérique, la BCE a fait appel à cinq entreprises pour développer des prototypes et des cas d’utilisation dans lesquels une CBDC pourrait servir. Pour choisir ces entreprises, un appel à candidature a été lancé en avril 2022 auquel 54 entreprises intéressées par le travail sur l’euro numérique ont répondu. Le 16 septembre, les entreprises sélectionnées ont été annoncées, chacune avec un domaine de pertinence :

  1. CaixaBank : paiements en ligne de type peer-to-peer ;
  2. Worldline : paiements hors ligne de type peer-to-peer ;
  3. EPI : paiements au point de vente organisés par le payeur ;
  4. Nexi : paiements au point de vente organisés par le bénéficiaire ;
  5. Amazon : paiements pour le commerce électronique.

La BCE travaille donc avec Amazon et Cie. pour développer sa CBDC. C’est l’heure de l’opération prototype ! Ces entreprises technologiques sont appelées à développer des interfaces de services frontaux pour l’euro numérique. L’objectif est de tester les transactions avec l’euro numérique, les systèmes de paiement peer-to-peer, dans le domaine du commerce électronique mais aussi au point de vente. Les travaux sur les prototypes dureront jusqu’au premier trimestre de 2023 et seront ensuite présentés dans un rapport.

Pourquoi la BCE s’intéresse-t-elle à l’euro numérique ?

Pour la BCE, l’euro numérique pourrait être un complément fonctionnel à l’argent liquide. Dans quel sens ? L’euro numérique n’est pas envisagé comme un remplacement de l’euro tel que nous le connaissons et l’utilisons, mais comme un choix supplémentaire disponible pour les paiements : “il pourrait favoriser l’innovation financière et améliorer l’efficacité globale du système de paiement”. La CBDC serait une monnaie électronique émise par la BCE et les banques centrales nationales, accessible à tous les citoyens et entreprises. Selon la BCE, l’euro numérique ne peut réussir que s’il est utilisé par les citoyens européens dans leur vie quotidienne, il doit donc apporter une valeur ajoutée et être réellement utile. Les tests en cours vérifient précisément ces aspects. La BCE continue de tâter le terrain tandis que la Maison Blanche semble plus déterminée à lancer son dollar numérique !

Autres articles

Rarity tools : comment les utiliser pour comprendre si un NFT est rare
Que sont les meme coins ? Les 5 plus populaires de Dogecoin à Baby Doge
CryptoKitties : le guide et l’histoire des NFT sur la blockchain de Flow

Télécharge l’appli Young Platform

Downaload From Google PlayStoreDownaload From Apple Store