News

Dans quelle mesure les cryptos polluent-elles ? La réponse de Stellar

FI
Filippo Iachello

4 min

Fondation Stellar : à quel point les cryptomonnaies polluent-elles ?

Dans quelle mesure les cryptos polluent-elles réellement ? Grâce à Stellar et Pwc, il sera possible de quantifier l’impact environnemental de la blockchain

Dans quelle mesure les cryptomonnaies polluent-elles ? Ou plutôt, à quel point les blockchains polluent-elles ? Le débat sur cette question épineuse dure depuis un certain temps déjà. Le pic médiatique sur la question a certainement été atteint en mai 2021, plus précisément le 13, lorsque Elon Musk, dans un de ses fréquents exploits, a tweeté que Tesla n’accepterait plus les bitcoins en raison du fort impact environnemental du minage.

Au-delà des déclarations sensationnalistes du magnat, la pollution générée par les blockchains, notamment celles qui possèdent encore des mécanismes de consensus de type Proof-of-Work, est un sujet brûlant dans le secteur. Ethereum par exemple, à travers sa prochaine mise à jour The Merge, est en train de passer à un autre mécanisme, utilisé par la plupart des blockchains, le Proof-of-Stake. Ce mécanisme de consensus, en effet, ne nécessite pas la grande puissance de calcul, générée par les mining platforms composées de matériel très puissant et énergivore, mais repose sur le staking de cryptomonnaies. Comme Ethereum, d’autres blockchains s’efforcent de résoudre ce problème une fois pour toutes. Stellar et PwC (PricewaterhouseCoopers, société multinationale de conseil en gestion et en stratégie, d’audit des états financiers et de conseil juridique) ont entamé leur collaboration à cet égard. L’objectif ? Développer un cadre pour évaluer la consommation d’électricité et les émissions des protocoles blockchain.

Des performances exceptionnelles

La SDF (Stellar Development Foundation) et PwC US ont analysé les données relatives à la consommation d’électricité, aux émissions de gaz à effet de serre et aux déchets électroniques et organiques. Outre l’impact environnemental, le cadre a également évalué les différentes performances des différents mécanismes de consensus. La recherche a montré que la consommation du réseau Stellar est faible par rapport à la moyenne. – Grâce au protocole de consensus Stellar (SCP), un mécanisme de consensus à faible consommation d’énergie basé sur l’algorithme de proof-of-agreement, le réseau Stellar utilise actuellement environ 481 324 kilowattheures (kWh) d’électricité par an. Cela se traduit par environ 173 243 kilogrammes (kg) d’émissions de CO₂ par an, ce qui équivaut aux émissions moyennes de CO₂ produites par la consommation d’électricité de 33,7 foyers américains en un an. Malgré la consommation énergétique déjà faible de la blockchain Stellar, – La SDF s’est engagée à compenser les émissions de dioxyde de carbone générées depuis 2015, année de sa fondation.

L’initiative Task.io et Biochar Life : comment le biochar est-il produit et utilisé ?

Task.io est une autre initiative de Stellar visant à réduire son impact environnemental, et pas seulement en ce qui concerne la technologie blockchain. Task.io est un projet axé sur les mobiles et fondé sur la blockchain Stellar, qui aide les organisations sociales à collecter des données, à fournir des incitations et à rendre compte de leur impact environnemental. Parmi d’autres partenaires, Task travaille avec l’entreprise à impact Biochar Life pour éduquer et engager les petits exploitants agricoles dans les pays en développement sur la façon de produire et d’utiliser le biochar. Le biochar, ou charbon de bois, est une substance obtenue en brûlant des déchets agricoles organiques (également appelés biomasse) dans le cadre d’un processus utilisant très peu d’oxygène. En même temps, lorsque les matériaux brûlent, ils libèrent une quantité réduite de dioxyde de carbone. Le biochar est utilisé comme engrais, compost et alimentation animale !

Le rôle de Stellar : l’immutabilité des données et le token STS

Comment la blockchain est-elle utilisée dans ce processus ? Les données recueillies par Task.io comprennent principalement les variables suivantes : comment le biochar a été produit, quelle quantité de biochar a été produite et comment il a été utilisé. Une fois soumises, les données sont vérifiées par l’équipe de Biochar Life et placées dans la blockchain de Stellar pour garantir qu’elles sont immuables et accessibles au public.

Pour chaque tonne de carbone utilisée dans le processus de production du charbon de bois, un token Stop the Smoke (STS) est émis sur Stellar, qui est ensuite vendu à ceux qui souhaitent compenser leur empreinte carbone. Une partie des fonds est ensuite reversée aux agriculteurs pour les inciter à produire du biochar supplémentaire. À ce jour, 34 tokens STS ont été frappés, ce qui signifie que 34 tonnes de carbone ont été éliminées grâce au partenariat Biochar Life and Task.

De plus en plus de blockchains prennent le chemin de la réduction de leur impact environnemental : on retrouve Polygon et Algorand en premier lieu, qui ont mis en place un plan pour rendre leurs réseaux plus écolo !

Autres articles

Cryptocurrencies et intelligence artificielle : 7 applications et projets
Domaines Internet : les 10 plus chers de l'histoire
Invite un ami sur Young Platform et reçois un bonus allant jusqu'à 100 €

Télécharge l’appli Young Platform

Downaload From Google PlayStoreDownaload From Apple Store