News

Taux BCE : conséquences de la baisse sur les marchés et l’économie

JN
Jacqueline Nieder

4 min

taux bce

La BCE réduit les taux pour la première fois depuis 2019

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé une baisse des taux d’intérêt jeudi 6 juin, abaissant le taux de dépôt de 4 % à 3,75 %, le taux de référence de 4,50 % à 4,25 % et le taux de prêt marginal de 4,75 % à 4,50 %. Cela ne s’était pas produit depuis 2019.

Cette décision a été prise malgré une révision à la hausse des prévisions d’inflation, indiquant une réduction des taux lente et irrégulière.

Décisions futures sur les taux d’intérêt

Christine Lagarde, présidente de la BCE, a souligné que les futures décisions sur les taux seront prises “réunion après réunion” et a averti que le chemin sera difficile. Elle a ajouté : “La baisse des taux d’aujourd’hui reflète la confiance que nous avons dans la trajectoire de croissance, mais pour poursuivre ce processus, nous devons attendre que les analyses confirment que nous sommes en reprise économique.”

Malgré la baisse des taux, la BCE n’a donné aucune indication précise sur les prochaines mesures, soulignant que les pressions inflationnistes restent élevées. Les prévisions mises à jour montrent une inflation moyenne de 2,5 % pour 2024, de 2,2 % pour 2025 et de 1,9 % pour 2026.

Impact sur le marché du travail et sur l’économie

La BCE a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour 2024, désormais estimées à 0,9 % contre 0,6 % prévu en mars. Cependant, les perspectives pour 2025 ont été légèrement réduites à 1,4 %, tandis que celles pour 2026 restent inchangées à 1,6 %. Ce scénario indique une croissance économique modérée dans les années à venir, avec une inflation qui devrait rester au-dessus de l’objectif de 2 % jusqu’en 2025.

Lagarde a indiqué que la croissance des salaires, bien qu’encore élevée, devrait ralentir au cours de l’année, contribuant à réduire les pressions inflationnistes. Cependant, la réduction des taux sera probablement lente, avec une inflation restant au-dessus de l’objectif de la BCE pendant une grande partie de 2025. Cela implique que la BCE continuera à surveiller de près divers indicateurs économiques pour déterminer sa politique monétaire future.

Conséquences de la baisse des taux de la BCE

La baisse des taux d’intérêt par la BCE aura plusieurs conséquences :

  • Réduction du coût du crédit : les ménages et les entreprises bénéficieront de taux d’intérêt plus bas sur les prêts, favorisant ainsi l’accès au crédit et stimulant la consommation et les investissements.
  • Impact sur les épargnants : des taux d’intérêt plus bas peuvent pénaliser les épargnants, réduisant les rendements sur les dépôts bancaires et les obligations d’État.
  • Stimulus à la croissance économique : un coût de l’argent inférieur devrait encourager les dépenses et les investissements, soutenant la croissance économique. Cependant, l’efficacité de cette mesure dépendra également des conditions économiques mondiales et de l’évolution de la demande intérieure.
  • Inflation et salaires : la réduction des taux pourrait influencer l’inflation et la dynamique des salaires. Bien que Lagarde ait signalé que la croissance des salaires ralentira, l’inflation pourrait rester élevée à court terme, compliquant davantage les futures décisions de la BCE.

Réactions des marchés

Les marchés financiers avaient anticipé la baisse des taux, intégrant une réduction de 25 points de base. Après l’annonce de la baisse des taux, les rendements des obligations d’État de la zone euro ont augmenté de manière significative. En particulier, le rendement des obligations d’État allemandes à 10 ans a augmenté de près de 8 points de base à 2,573 %, tandis que le rendement des obligations à 2 ans a augmenté de juste moins de 6 points de base à 3,033 %. Les rendements des obligations d’État italiennes et espagnoles à 10 ans ont également augmenté respectivement de 9 et 7 points de base, atteignant 3,893 % et 3,299 %.

Comparaison internationale

La BCE, bien qu’ayant commencé à augmenter les taux plus tard que d’autres banques centrales, est maintenant en position de leadership avec la baisse de juin. La Réserve fédérale américaine, par exemple, est encore aux prises avec un taux d’inflation plus élevé. D’autres pays comme le Canada, la Suède et la Suisse ont déjà commencé à réduire les taux d’intérêt dans le cycle actuel.

Conclusions

La BCE a clairement indiqué que les prochaines mesures dépendront des données économiques et qu’il n’existe pas de chemin prédéterminé pour de nouvelles baisses de taux. Avec une inflation encore au-dessus de l’objectif et une croissance économique modérée, l’avenir de la politique monétaire européenne reste incertain, nécessitant une attention constante et une évaluation minutieuse de toutes les variables en jeu.

Autres articles

USDC smart trades
usdc conforme micar
Réglementation MiCA

Télécharge l’appli Young Platform

Downaload From Google PlayStoreDownaload From Apple Store