News

Qui a volé Sex.com ? Le domaine qui a conduit tout le monde en justice

EC
Elisa Campaci

5 min

Sex.com : le vol d'un domaine Internet d'une valeur de 14 millions de dollars

En 1995, l’un des domaines les plus chers de l’histoire de l’internet a été volé dans des circonstances mystérieuses. Voici l’histoire du vol de Sex.com !

Est-ce que tu t’attendais à du drame, du mystère et des chasseurs de primes dans les affaires d’un domaine Internet ? Les rapports du Web sont surprenants, surtout ceux du début de son histoire. Comme le domaine Crypto.com, Sex.com a été contesté par beaucoup. En jeu, des affaires judiciaires, des millions de dollars et une escroquerie épique. Si la blockchain avait été présente dans cette histoire et si Sex.com avait été un domaine NFT, les choses se seraient-elles passées différemment ?

Le vol mystérieux du domaine Sex.com

Cette histoire se déroule principalement dans un tribunal américain. D’un côté, nous trouvons Gary Kremen, un ingénieur et homme d’affaires qui, dans les années 1990, a eu l’intelligence d’enregistrer une série de domaines génériques tels que Jobs.com, Housing.com et Sex.com. De l’autre, Stephen Cohen, un fraudeur endurci, qui est devenu son pire ennemi. Kremen avait enregistré le domaine Sex.com en 1994, année où il a également fondé le site de rencontres en ligne Match.com.

Huit mois après l’enregistrement du domaine, l’ingénieur a reçu un message inhabituel l’informant que l’adresse électronique associée au domaine Sex.com avait été modifiée. Pour Kremen, cela était suspect et en vérifiant, il s’est rendu compte que les informations relatives à la propriété du domaine avaient été modifiées. En d’autres termes, Kremen n’était plus répertorié comme le propriétaire légitime de Sex.com. L’ingénieur a immédiatement appelé la ligne d’assistance répertoriée pour demander pourquoi son nom était remplacé par celui d’un inconnu. Au téléphone, il a trouvé la voix calme de Cohen lui disant “parce que le domaine n’est pas le vôtre”. À partir de là, pendant vingt ans, Kremen et Cohen vont jouer le jeu du chat et de la souris entre les Etats-Unis, le Mexique et le reste du monde.

La blockchain aurait-elle pu sauver le domaine Sex.com ?

Au départ, on ne savait pas très bien comment Cohen avait réussi à voler le nom de domaine Sex.com, qui valait déjà des millions de dollars à l’époque. Apparemment, Cohen a trompé Network Solutions, la société qui avait vendu le domaine à Kremen, en se faisant passer pour le nouveau propriétaire avec une lettre falsifiée. Une fois qu’il a obtenu le domaine, Cohen a commencé à gérer le site en vendant des publicités et en gagnant un demi-million de dollars par jour. Tout cela à une époque où il n’y avait pas de Google ou de moteurs de recherche, et où les gens surfaient sur Internet en utilisant directement les noms de domaine. Et sans surprise, le mot “sexe” a attiré de nombreux curieux. Les visiteurs quotidiens du site Sex.com ont atteint des chiffres records pour l’époque.

Le vol du domaine Sex.com se produirait-il avec la blockchain ? Contrairement aux domaines internet traditionnels gérés par des fournisseurs centralisés, la certification de la propriété des domaines NFT est enregistrée de manière immuable sur la blockchain et donc difficile à falsifier. Il n’aurait peut-être pas été aussi facile pour Cohen de voler Sex.com s’il s’agissait d’un domaine NFT. On ne peut pas envoyer des lettres à la blockchain et lui demander de modifier un smart contract. Comme pour tous les NFT, les informations du domaine NFT sont transparentes et certifient qu’elles sont uniques et en ta possession. Et n’importe qui, à tout moment, peut le vérifier. C’est pourquoi les domaines NFT sont utilisés pour protéger ton identité sur Internet

Chasse à l’homme au Mexique et Sex.com aujourd’hui

Après cinq ans de procédure, Kremen a gagné l’affaire et un précédent a été créé : les domaines sont en effet des biens, même intangibles, et peuvent donc être volés. En 2001, Sex.com a été restitué, et Cohen a été condamné à verser à Kremen 64 millions de dollars de dommages et intérêts pour le manque à gagner lié à l’utilisation du site. Voici la deuxième partie de l’incroyable histoire du domaine Sex.com. Cohen, pour ne pas rembourser Kremen, s’enfuit par la frontière vers Tijuana. L’ingénieur a ensuite placardé la ville mexicaine d’avis de recherche dignes d’un vieux film de western et a ainsi déclenché des chasseurs de primes qui sont restés sans succès. Kremen est toujours à la recherche de Cohen.

Entre-temps, en 2006, Kremen a mis aux enchères Sex.com, qui a été racheté par Escom pour 14 millions USD. Après seulement quatre ans, Escom a été contraint de vendre le domaine parce qu’il ne pouvait pas rembourser ses dettes et qu’il était sur le point d’être poursuivi pour insolvabilité (un autre voyage devant le tribunal). En 2010, Sex.com est passé aux mains de Clover Holdings pour 13 millions de dollars. Actuellement, le domaine est associé à un site pornographique sur lequel les utilisateurs peuvent télécharger et partager des fichiers.

L’histoire du domaine Internet Sex.com est essentielle pour comprendre pourquoi Internet a besoin de la blockchain. Sur Ethereum Name Service, une plateforme permettant d’acheter des domaines NFT sur Ethereum, le domaine NFT “Sex.eth” a été enregistré en 2019. Tandis que le “Sex.crypto” d’Unstoppable Domains en 2020 a été vendu pour 230 ETH (environ 90 000 dollars), ce qui en fait le domaine “.crypto” le plus cher à ce jour.

L’histoire va-t-elle se répéter ? Peut-être même que les domaines NFT avec le thème du “sexe” seront contestés, comme Sex.com, mais il y aura certainement la blockchain pour les soutenir avec tous ses avantages.

Autres articles

USDC smart trades
usdc conforme micar
Réglementation MiCA

Télécharge l’appli Young Platform

Downaload From Google PlayStoreDownaload From Apple Store