Metaverse

Le terme “Metaverse” a été inventé par Neal Stephenson, dans son roman Snow Crash (1992), pour désigner la version fictive d’un jeu vidéo peuplé de joueurs réels et d’un logiciel appelé Demons.

Un Metaverse technologique est donc une plateforme numérique en ligne où les utilisateurs, par le biais d’avatars, prennent part à des expériences partagées, immergées dans un environnement virtuel. Cette définition n’est en fait qu’un point de départ : le dynamisme de cette technologie nouvelle et en constante évolution fait qu’il est difficile de donner une définition exhaustive et éclairante. Établir maintenant de manière définitive ce qu’est un Metaverse reviendrait à expliquer ce qu’était Internet dans les années 1990 : une tentative précoce et inévitablement incomplète. Comme toute nouveauté, le Metaverse est donc un concept dont on connaît encore mal le futur potentiel, bien qu’il ait déjà une histoire d’applications. Des “simulations de vie” des Sims et de SecondLife, nous sommes passés aux metaverses construites sur la blockchain et alimentées par une cryptoéconomie. Cela étant, il est encore possible de dresser un profil détaillé des tendances des metaverses.  

Lorsque le sujet de conversation est le metaverse, on entend souvent parler de visières à réalité augmentée, d’économie numérique, de terrain virtuel, de NFT, d’avatars personnalisables ou de graphiques 3D. Le metaverse a effectivement à voir avec toutes ces choses, mais elles n’épuisent pas sa signification. Un metaverse n’est pas un ensemble d’attributs fixes, c’est un monde numérique connecté à nos vies qui peut avoir différentes configurations. Cependant, un concept clé que l’on retrouve dans tous les metaverses est la sensibilité, c’est-à-dire la perception par les utilisateurs d’être en contact avec un environnement et d’autres personnes, en étant capable d’interagir avec eux par tous les sens. Le metaverse cherche à éliminer la médiation de l’écran : les gens ne doivent pas avoir le sentiment de regarder par une fenêtre, mais doivent pouvoir participer eux-mêmes au monde virtuel. Souvent, le metaverse est réduit à une simple évolution du jeu vidéo : bien que son origine soit effectivement dans les jeux vidéos, la sensibilité est l’une des raisons pour lesquelles on ne peut pas parler de chevauchement entre les deux concepts. Un metaverse, contrairement à un jeu vidéo, est persistant, ne fait pas de pause, ne se termine pas, ne se réinitialise pas. Les activités qui se déroulent dans le metaverse sont synchrones et en direct, c’est pourquoi il n’existe que dans une seule version, égale et actuelle pour tous les utilisateurs, comme la réalité physique du présent. Il existe plusieurs metaverses, caractérisées par un haut degré d’interopérabilité : les données, les produits et le contenu de l’une peuvent être transposés et utilisés dans une autre. Cela est possible en exploitant la composabilité des solutions blockchain, notamment dans la DeFi. En fait, un metaverse se distingue d’un jeu vidéo principalement par la communauté de créateurs qui fabriquent et vendent des objets non fongibles (NFT), qui caractérisent ensuite les expériences des utilisateurs. Chaque objet du metaverse est symbolisé par un NFT, de sorte qu’il peut être utilisé et échangé de manière traçable sur une ou plusieurs blockchains. Les avatars et les personnalisations sont des NFT. De plus, les espaces mêmes dont est constitué un metaverse, dans lequel on peut construire des expériences à partager avec d’autres, sont également des NFT. Ainsi, les jeux vidéo sont des mondes virtuels mais pas des metaverses car ils n’existent pas en dehors du jeu lui-même, tandis que la réalité du metaverse est garantie par la blockchain, qui est valable partout. D’autre part, un metaverse ne correspond pas à la définition classique d’un jeu vidéo car il n’exige pas des utilisateurs qu’ils remplissent des objectifs ou suivent un scénario, mais leur permet de s’exprimer librement et de manière créative, donnant lieu à une variété croissante d’expériences : récréatives, commerciales, sociales et éducatives.  Un metaverse possède également sa propre économie virtuelle, souvent basée sur la tokenomique du projet crypto dont il est issu. L’économie d’un metaverse est le point de rencontre entre l’économie réelle et l’économie ” fin en soi ” des jeux vidéo classiques. Les tokens sur lesquels il est basé peuvent souvent être utilisés en dehors du metaverse et ont donc un impact sur le secteur de la crypto, cependant, les mécaniques rappellent beaucoup celles des jeux vidéo : récompenses, boutiques, objets. D’autre part, un metaverse n’est pas seulement une réalité virtuelle : la RV est un moyen de faire l’expérience d’un monde numérique, mais cela ne le rend pas moins réel. 

Cherchons toutefois quelques points clés sur lesquels le concept de metaverse peut être fixé : le journaliste spécialisé dans les cryptomonnaies Matthew Ball a identifié 8 niveaux et composants à travers lesquels le développement du metaverse peut être décrit.  La couche matérielle est fondamentale, c’est-à-dire le support technologique et les dispositifs permettant d’interagir, de développer et d’entrer dans le metaverse. Une autre couche importante est le réseau, c’est-à-dire la possibilité de connexion entre les dispositifs, qu’il s’agisse d’utilisateurs ou de services. Ensuite, il y a l’informatique, c’est-à-dire la fourniture de la puissance de calcul nécessaire pour prendre en charge le metaverse et toutes ses différentes fonctions, du rendu au graphisme et à l’intelligence artificielle. Le metaverse nécessite également des plateformes virtuelles sur lesquelles construire des environnements numériques, ainsi que de vivre du travail des créateurs de contenu et des développeurs qui les mettent en place. En effet, la créativité de la communauté doit s’appuyer sur des normes et des règles partagées, afin que les objets et les expériences créés soient compatibles et interopérables. Le niveau qui en découle est celui des contenus et des services : de la conception à la création et à la vente de biens virtuels. Enfin, le metaverse est complété par un facteur purement humain, à savoir le comportement de l’utilisateur : la valeur qu’il apporte au système, le temps qu’il y passe et les activités qu’il réalise. 

Le metaverse ne doit pas être confondu avec le multiverse, un terme que l’on retrouve souvent dans les histoires de science-fiction ou les bandes dessinées de super-héros. Le multiverse technologique est un ensemble de mondes numériques, tous indépendants les uns des autres : il englobe les réseaux sociaux, les plateformes d’achat en ligne, les sites web et les jeux vidéo. Le Web 2.0 nous permet déjà de faire l’expérience du multiverse : nous interagissons avec diverses applications, sites et jeux dotés de règles internes autonomes qui les distinguent et les séparent. Dans le metaverse, en revanche, tous les utilisateurs interagissent au sein d’un même monde qui propose de nombreuses activités différentes, accessibles via une seule identité. Metaverse et multiverse sont réunis dans l’omniverse, du latin omnis, la somme de tout ce que tu peux faire avec ton identité numérique. 

La popularité du metaverse à l’heure actuelle est dictée par l’enthousiasme des grandes entreprises et la curiosité qu’il suscite. Sans se limiter à cette perspective, on peut voir le metaverse comme une technologie disruptive, capable d’ouvrir de nouveaux horizons de possibilités, comme l’ont fait en leur temps le web ou la blockchain. Pour l’instant, il ne serait pas correct de dire que le metaverse est un dépassement de l’internet, il s’agit plutôt d’un outil facilitant sa nouvelle phase, le Web3. Précisément parce qu’il est lié à l’internet, le metaverse devra faire face à tous ses problèmes, tels que les escroqueries, le catfishing, les discours de haine, et gérer la quantité toujours croissante de données que l’activité en ligne génère, leur collecte, leur gestion et leur sécurité. Si, dans le Web 2.0, on faisait la distinction entre avoir un accès à l’internet ou ne pas en avoir, le metaverse implique une connexion permanente. Le metaverse va changer la façon dont les gens interagissent entre eux en ligne, ainsi qu’avec les marques et autres propriétés intellectuelles. Dans tout cela, la blockchain, en tant que technologie transversale, répond au concept de metaverse à tous les niveaux, en le rendant également décentralisé : contrairement aux solutions centralisées, la blockchain fournit une base partagée sur laquelle construire des contenus et certifier les échanges et les interactions. 

Mots liés

Multisig Wallet

Un wallet multisig est un type de wallet qui nécessite deux clés privées ou plus pour effectuer des transactions.

Custodial wallet

Un type de wallet crypto dans lequel des tiers détiennent les clés privées du propriétaire.

Seed phrase

Séquence de 12 ou 24 mots utilisée pour récupérer l'accès à un wallet.

Non custodial wallet

Est un wallet crypto dans lequel le propriétaire conserve la garde de ses clés privées.

Fan Token

Les Fan Tokens sont des utility tokens qui permettent aux équipes sportives de se connecter avec leurs fans.

Mint

Le mint est le processus d'enregistrement et de création de nouveaux actifs digitaux sur la blockchain, comme des tokens ou des NFT.

Domaines NFT

Un domaine NFT est un domaine Internet décentralisé, géré par des smart contracts et enregistré sur la blockchain.

Pure Proof-of-Stake

Variante de la Proof-of-Stake dans laquelle les validateurs sont choisis de manière aléatoire et anonyme grâce à la fonction VRF.

Proof-of-Stake

Un mécanisme de consensus basé sur la mise en staking de cryptomonnaies afin de contribuer à la blockchain.

Liquid Proof-of-Stake

Variante du Proof-of-Stake dans laquelle les tokens ne sont pas mis en staking mais en liquide.

Delegated Proof-of-Stake

Variante du Proof-of-Stake qui implique le transfert de sa mise à des délégués jouant le rôle de validateurs.

Stake

Montant total des cryptos en staking.

Staking Pool

Union des cryptos de plusieurs personnes en staking dans le but d'augmenter les récompenses.

Cold Staking

Staking impliquant l'utilisation d'un Cold Wallet.

Blockchain

Une technologie basée sur la cryptographie qui permet une execution décentralisée et sans censure de tout type de transaction.

Block Height

Le numéro de blocs présents dans une blockchain à partir du block de genèse.

Bloc de genèse

Le tout premier bloc d'une blockchain, souvent connu sous le nom de block 0.

Transactions par seconde (TPS)

Ce sigle signifie "transactions par seconde", soit le nombre de transaction en une seconde.

Transaction

Une transaction est un échange de valeur, de propriété ou de données entre deux utilisateurs.

Shard

Il s'agit de « fragments » de blockchains qui fonctionnent en parallèle.

Mining

Le processus d'ajout de nouveaux blocs à la blockchain et de création de nouveaux bitcoins par les miners.

Mécanisme de consensus

Une manière décentralisée de valider les transactions sur la blockchain.

Hash

Dans la blockchain, le hachage est une fonction cryptographique qui sert à condenser des groupes de transactions en blocs.

Gouvernance

L'ensemble des principes, règles et procédures concernant la gestion et la gouvernance d'une entreprise ou d'un phénomène collectif.

Fee

Commission payée pour l'exécution des opérations. Ils sont

Doublement des dépenses

Il s'agit d'un risque lié aux monnaies virtuelles, et notamment la possibilité de dépenser plusieurs fois le même jeton, augmentant ainsi le voume de monnaie en circulation, ainsi que la possibilité d'obtenir de l'argent illégalement.

DoS

Une cyberattaque qui vise à rendre un réseau ou un service inaccessible.

DLT

Les technologies de registre distribué font en sorte que que les informations numériques soient synchronisées et distribuées sur un grand réseau sans gestion centralisée.

Décentralisé

Un système est décentralisé lorsqu'il est géré directement par ses utilisateurs, sans avoir besoin d'autorités ou d'intermédiaires.

Cold Wallet

Portefeuilles numériques conservés hors ligne. Cela les rend plus sûrs que les portefeuilles chauds (en-ligne).

Bridge

Dans la technologie blockchain; il s'agit d'une connection qui permet l'intéraction entre de blockchains différentes.

Bulle financière

Une augmentation excessive du prix d'un actif sur le marché; compte tenu de sa valeur intrinsèque.

Block explorer

Elle te permet de consulter toute transaction réalisée sur une blockchain en ligne.

Blocs

L'ensemble de transactions cryptées qui, liées à d'autres blocs, constitue la blockchain.

ASIC

Des dispositifs dédiées au minage de certaines cryptomonnaies.

Interopérabilité

Dans la finance décentralisée, on parle d'interopérabilité entre différentes blockchains.

Miner

Nœuds d'un réseau Proof-of-Work qui valident les transactions et sont récompensés par de nouvelles cryptomonnaies.

Mining Pool

Une entreprise qui fonde son modèle économique sur le mining, en collectant un grand nombre d'appareils puissants.

Network

L'ensemble des ordinateurs interconnectés, appelés nœuds, sur lesquels repose la blockchain d'une cryptomonnaie spécifique.

Nœuds

Dispositif connecté à une blockchain, qui constitue son réseau.

Off-chain

Transaction qui n'est pas réalisée sur la blockchain.

On-chain

Tout processus réalisé sur la blockchain.

Proof-of-Work

Un méchanisme de consensus basé sur la puissance de calcul afin de pouvoir contribuer à la blockchain.

Attaque des 51 %

Quand un node ou un groupe de nodes tente de prendre le contrôle de la blockchain.

Télécharge l’appli Young Platform

Downaload From Google PlayStoreDownaload From Apple Store